,

Toden Arakawa – Le tramway de Tokyo

La ligne de tramway Arakawa est la dernière ligne de tramway de Tokyo, qui s’étend sur 12 kilomètres de Waseda, quartier qui accueille une université réputée, à Minowabashi au Nord-Est de Tokyo. Contrairement aux lignes de train plus récentes, elle traverse des quartiers pittoresques, que vous pouvez explorer tout au long de la ligne grâce au pass 1 journée (400 yens).
Au départ de Waseda voici quelques lieux/stations à découvrir:

Kishibojimmae et le Temple Kishimojin, dédié à Hariti, la déesse protectrice des enfants et des accouchements difficiles.

Mukohara et son musée de la monnaie.

Sugamoshinden afin de découvrir le fameux quartier de Sugamo et la rue commercante Jizo Dori jallonnee de trois temples. Quartier aussi connu sous le nom du « Harajuku des mamies ».

A 2 kilomètres à pied,se trouve le jardin de Riku-gyen.

Oji Ekimae et son sanctuaire en bois Oji Inari qui remonte à la période Heian (794 – 1185). Au parc Asukamaya et ses trains anciens, premier jardin public du Japon, son musée du papier.

Et pour finir, le parc d’attractions d’Arakawa à la station Arakawa Yuenchi mae.

Bonne route.

Pokemon Go, Non! Gacha Gacha – Le jouet rural du Japon

Le gacha ou gashapons sont des distributeurs de petites figurines à collectionner, contenues à l’intérieur de capsules transparentes en plastique. Inventées à la fin des années 70 par Bandai, on en trouve partout au Japon.
Le principe est simple, vous insérez des pièces de monnaie dans le distibuteur, vous tournez la manivelle, et une boule tombe. Le prix varie de 100 à 400 yens selon la taille et la licence de la figurine. La boule s’ouvre en deux à la manière des Pokemon Balls et à l’intérieur de ces boules, on trouve, en plus de la figurine, un petit dépliant montrant la totalité des figurines à collecter. La machine distribue les boules au hasard, donc la somme que vous pouvez y laisser afin de finir votre collection reste à la taille de votre patience et porte monnaie.
Bien avant le Pokemon Go, ce sont des machines très populaires au Japon, au point d’en trouver par dizaines alignées les unes à côté des autres ou sur tout un étage comme à Akihabara, au Yodobashi Akiba ou à Akibagacha, une boutique spécialisée dans le  Gacha Gacha.

Les différents types de Kimono au Japon

Depuis le 17e siècle le Kimono est connu comme le vêtement traditionnel du Japon.
Il apporte un sentiment simple mais élégant, non seulement pour ceux qui le portent, mais aussi à ceux qui le voient.
Savez-vous qu’il existe plusieurs types différents de Kimono? Et qu’il soient teints ou tissés, les kimono ont une sorte de degré de hiérarchie. Voici 7 types de Kimono différents qui sont communs au Japon:

  • Kuromontsuki (黒紋付): Selon la façon dont vous le portez, cela peut signifier la fête ou des condoléances.
  • Tomesode (留袖): Le premier rang de Reifuku (tenue formelle). Normalement porté pendant un rite de passage important dans la vie comme le mariage.
  • Homongi (訪問着): Le deuxième rang de Reifuku. Normalement porté lorsque vous êtes invités à une occasion spéciale.
  • Tsukesage (付け下げ): Le deuxième rang de Reifuku, semblable à Homongi, il est normalement porté lorsque vous êtes invités à une occasion spéciale. La différence entre Homongi et Tsukesage se trouve sur les motifs.
  • Iromuji (色無地): L’Iromuji avec motif aura le même rang que l’Homongi et le Tsukesage alors que l’un sans motif, il est pour sortir sans occasion spéciale.
  • Komon (小紋): Kimono pour être porté comme une tenue de tous les jours.
    Il a beaucoup de motifs différents et selon le motif, le rang sera également différente.
  • Tsumugi (紬): Semblable à Kumon, il est normalement porté comme une tenue de tous les jours et selon le motif, le prix du Kimono sera également différente.

Les prix varient entre 35 et ¥ 50,000 ou plus selon son motif, le rang et la qualité.

Pour toute recommandation de magasin de Kimono ou d’informations pour une expérience du port de Kimono, vous pouvez nous contacter.