Choc des cultures au Japon

Kogaru: Les Cagoles Japonaises

Le mot « kogaru » tient son nom de « ko », petit en Japonais et « garu » dérivé de l’Anglais « gal » (girl).
Les kogaru sont des jeunes filles qui ont généralement moins de 25ans et désirent paraître très jeune.
Leur traits distinctifs sont leur teint souvent artificiellement bronzé, ainsi que des cheveux peroxydés (blonds, rose ou blanc) et des faux ongles ou « nail art » (peinture sur ongles).
La plus part du temps elles se promènent en groupe et détournent leurs uniforme de collégiennes, habillées dans des vêtements et des accessoires à la mode toujours très flashy et moulants, accompagnés de leurs fameuses « loose socks », de grandes chaussettes que l’on plisse sur les mollets.
Vous croiserez les kogaru dans les quartiers branchés des grandes villes, comme Shibuya à Tokyo, où leurs lieux favoris sont les grands magasins de vêtements comme la tour 109 et autres lieux de rendez-vous tels le karaoke et les izakaya.

,

Festival de la neige de Sapporo

Nous sommes en Février et le festival de neige ou « Sapporo Yuki matsuri » (さっぽろ雪祭り) va commencé à Sapporo, cette année du 06 au 12 Février.
Ce festival à lieu depuis 1950, à l’initiative de la municipalité et du syndicat de tourisme de Sapporo, qui on eu l’idée de créer un festival autour de statues de neige en s’inspirant d’un festival de ce type qui était organisé depuis 1935 à l’école primaire Kitatemiya d’Otaru.
De nombreuses sculptures et statues de glaces géantes orneront le parc Odori, au centre de la ville de Sapporo, qui se transforme sur 1,5 km en un musée de la neige.
Ce festival qui est devenu au fil des années une véritable compétition internationale sera vu par 2 millions de visiteurs, dont de nombreux visiteurs étrangers.
Le parc est ouvert en continu et vous pouvez venir vous y promener à tout moment, notamment pour admirer le magnifique spectacle de l’illumination des statues à partir de 22h00.

,

Koyasan, dormir dans un temple au Japon

Vivez une expérience unique en passant une nuit spirituelle au rythme de la vie monastique des moines bouddhistes dans un shukubo, qui signifie littéralement « dormir chez les moines ».
Depuis des millénaires au Japon, les temples bouddhistes ont accueillis des pèlerins ou des samouraï en déplacement et aujourd’hui quelques shukubo sont ouverts aux touristes, comme par exemple à Koyasan, petite ville située à 3 heures environ de Kyoto, où se trouve une grande concentration de temples.
Parmi la cinquantaine de temples adoptant le shukubo, le temple Eko-in, propose un hébergement de style traditionnel japonais. Lieu de méditation et de recueillement exceptionnel, le temple comprend 35 chambres spacieuses avec tatamis donnant sur un jardin magnifique et votre petit-déjeuner et déjeuner, seront composés de plats végétariens typiques de la cuisine bouddhistes.
Vous aurez la possibilité de copier un sutra, un symbole de la sagesse, d’assister à l’office matinale, en écoutant les mantras des jeunes moines, au rythme des battements sourds et saccadés du tambour, de suivre une cérémonie du feu et de participer à des séances de méditation.

Pour plus d’infos, http://ekoin.jp/ ou contactez-nous pour tout autre possiblité de nuit spirituelle au Japon.

C’est Noël au Japon

Depuis Novembre, les vitrines des grandes villes du Japon ont revêtus leurs vêtements rouge et blanc de Noël, tout n’est plus que guirlandes, neige, sapin et bougies.
A Tokyo, si les quartiers les plus célèbres pour leurs illuminations de Noël sont Shinjuku, Shibuya, Harajuku ou encore Roppongi, la plupart des rues de Tokyo voient aussi leurs lampadaires s’orner de lumières. Sans compter les marchés de Noël d’origine européenne qui s’installent, comme à Roppongi, par exemple, avec un marché de Noël allemand.
Peu de japonais sont chrétien, cette fête n’a donc pas le côté religieux qu’elle a chez nous les occidentaux. C’est tout d’abord une fête commerciale importée et le 25 décembre n’est pas un jour férié. Le mot クリスマス (kurisumasu) vient de l’anglais Christmas parce qu’il n’y a pas de mot Japonais pour cette fête. Ici, on ne fête pas la naissance de Jésus mais le mythe du Père Noël ou de Saint Nicolas.
C’est une occasion d’offrir des cadeaux aux plus petits et le repas est simplement composé de poulet rôti (surtout au KFC) et d’un gâteau de noël avec beaucoup de chantilly.
Le 24 décembre est aussi comme une Saint-Valentin bis et les couples sortent en amoureux.

Voici une liste de nos illuminations preferées à Tokyo et ses environs. Plan (en Anglais)

Les différents types de Kimono au Japon

Depuis le 17e siècle le Kimono est connu comme le vêtement traditionnel du Japon.
Il apporte un sentiment simple mais élégant, non seulement pour ceux qui le portent, mais aussi à ceux qui le voient.
Savez-vous qu’il existe plusieurs types différents de Kimono? Et qu’il soient teints ou tissés, les kimono ont une sorte de degré de hiérarchie. Voici 7 types de Kimono différents qui sont communs au Japon:

  • Kuromontsuki (黒紋付): Selon la façon dont vous le portez, cela peut signifier la fête ou des condoléances.
  • Tomesode (留袖): Le premier rang de Reifuku (tenue formelle). Normalement porté pendant un rite de passage important dans la vie comme le mariage.
  • Homongi (訪問着): Le deuxième rang de Reifuku. Normalement porté lorsque vous êtes invités à une occasion spéciale.
  • Tsukesage (付け下げ): Le deuxième rang de Reifuku, semblable à Homongi, il est normalement porté lorsque vous êtes invités à une occasion spéciale. La différence entre Homongi et Tsukesage se trouve sur les motifs.
  • Iromuji (色無地): L’Iromuji avec motif aura le même rang que l’Homongi et le Tsukesage alors que l’un sans motif, il est pour sortir sans occasion spéciale.
  • Komon (小紋): Kimono pour être porté comme une tenue de tous les jours.
    Il a beaucoup de motifs différents et selon le motif, le rang sera également différente.
  • Tsumugi (紬): Semblable à Kumon, il est normalement porté comme une tenue de tous les jours et selon le motif, le prix du Kimono sera également différente.

Les prix varient entre 35 et ¥ 50,000 ou plus selon son motif, le rang et la qualité.

Pour toute recommandation de magasin de Kimono ou d’informations pour une expérience du port de Kimono, vous pouvez nous contacter.

,

Le festival des lucioles à Tokyo

De la fin du mois de mai et tout au long de Juin est la saison luciole au Japon. Observer les lucioles ou genji-botaru (ゲンジボ タル, laciola) est une tradition aponaise que vous ne connaissez certainement pas, alors que c’est une tradition séculaire et l’une des caractéristiques des étés japonais. Il peut être un peu difficile de voir les lucioles sauvages dans le centre de Tokyo, mais beaucoup d’endroits à la végétation luxuriante crée un environnement parfait pour la reproduction de ses insectes délicats et vous permets de profiter du magnifique spectacles de ces points scintillants dans la nuit.
Notez qu’il est extrêmement important d’être calme à l’approche des lucioles, et de ne pas utiliser de flash lors de prises de photos.
Voici une liste de nos recommandations, où vous pouvez profiter des lucioles à Tokyo, comme dans « Le Tombeau des lucioles » (火垂るの墓, Hotaru no haka?) film d’animation Japonais d’Isao Takahata du studio Ghibli.
Beaucoup de sites sont en Japonais, contactez-nous pour reserver.

Teru Teru Bozu : le chasseur de pluie !

Teru Teru Bozu (てるてる坊主), est une petite poupée artisanale fabriquée avec du papier ou du tissu blanc qui ressemble à un petit fantôme que les agriculteurs Japonais accrochent aux fenêtres des maisons avec une corde les jours de pluie.
Ce qui ressemble à un simple coutume est en fait une prière aux dieux et à l’un des monstres du Japon, le yokai appelé Hiyoribo, qui vient des montagnes de Hitachi-no-kuni ou préfecture de Chiba et dont la saison est l’été. Hiyoribo est un yokai qui apporte le beau temps et qui ne peut être vu les jours de pluie.

,

Ai ni Kotaeru White Day ou Oui moi aussi

La Saint Valentin est célébrée à deux dates différentes au Japon, la Saint Valentin et le White Day. La première est pour les hommes, la seconde pour les femmes et ils ne s’offrent pas de cartes, mais des chocolats. Ces deux jours sont uniquement à des fins commerciales et les fabriquants font plus de la moitié de leurs ventes annuelles lors de ces deux événements.
Le White Day (14 Mars), l’homme est censé « rembourser » la femme qui lui a offert des chocolats pour la Saint Valentin. S’il a reçu des Giri-choco « chocolat par obligation », ils donnent des chocolats blancs en retour, alors que s’il a reçu des Honmei-choco « chocolat moi aussi« , il offre,des bijoux, de la lingerie ou des vêtements (de préférence blanc) à la place, mais cela doit être « Sanbai gaeshi » ou  » triple retour « . Le cadeau que l’homme offrira doit être au moins le triple de ce qu’il a reçu.
Pour les adolescents, les jeunes ne proposent pas de chocolat à leur Valentine, mais un ruban blanc. Si la jeune fille l’attache à ses cheveux ou son poignet, cela confirme que les sentiments sont réciproques et qu’elle est sa Valentine.
Pas de soucis si vous êtes célibataire, le Black Day, le 14 Avril prochain, vous vous rassemblerez tous pour manger des jajangmyeon ou nouilles noires…mais en Corée.